Evénements Année 1996

Mars : la thérapie imposée d'Olivia a pris fin. Du fait qu'Olivia ait été malmenée par la médecine d'école on lui a réduit les doses de poison introduites dans le cœur à travers le cathéter. Déjà ses cheveux ont repoussé malgré cette pseudo-thérapie. Le jour où Olivia a quitté le centre pédiatrique anti-cancéreux les médias faisaient état du procès pénal à venir contre les parents pour « détournement d'enfant » et non assistance à personne en danger.»

      

Juin : le journal du père « Olivia – Journal d'une destinée » paraît.

Novembre 1996 : Condamnation des parents d'Olivia à huit mois de prison conditionnelle avec probation de 3 ans. Lors de ce procès un examen de la Germanische Heilkunde fut rejetée par le tribunal. Des preuves furent détruites.

3/12/1996 : Angelo Amstutz perd la vie sur l'autel de la médecine d'école !

  Angelo Amstutz 05/12/1991 - 03/12/1996


Attitude du Ministère de la Santé, face à la découverte du Dr. R.G. Hamer :
la Germanische Heilkunde (Médecine nouvelle)

Suite au décès de Mr Antoine D’oncieu, Président de l’Association Stop au Cancer, j’ai (Andrée Sixt) pris la présidence de cette Association et continué mon travail d’information et de diffusion, toujours en lien avec le Dr R. G. Hamer.

Encouragée par des amis, dont Jean, frère d’Antoine d’Oncieu, et en accord avec le Dr Hamer, nous avions décidé de présenter au Ministère de la Santé sa découverte, afin que celle-ci soit prise en compte pour le bien de l’humanité.

Mr Jean d’Oncieu, a donc contacté le conseiller général de la Savoie, Mr Hervé Gaymard.

Celui-ci nous a fixé un rendez-vous en septembre avec son conseiller Technique Le Docteur Sylvain PICCARD, en nous remerciant pour la documentation très intéressante que nous lui avions fait parvenir.

12/7/1996: Réponse de Mr Hervé Gaymard à Mr Jean Doncieu

Suite à cette démarche, une enquête a été diligentée envers moi et l’association Stop au Cancer (ASAC) de Chambéry par le Ministère de la Justice.

Mon domicile était aussi celui de l’association (ASAC). 

J’ai été placée sur écoutes téléphoniques.

Le 17 septembre à 7 h 45, alors que le rendez-vous était fixé au 20 septembre, six gendarmes faisaient irruption dans mon appartement sur commission rogatoire, me traitant de criminelle, et me disant : « Vous serez en prison et vous ne pourrez pas honorer votre rendez-vous au Ministère de la Santé » !

Ils ont perquisitionné mon domicile et saisi documents et matériel informatique.

Puis, j’ai subi un interrogatoire pendant lequel, soit les gendarmes, soit la Juge d’Instruction, me répétaient sans cesse, « on sait tout, on a les écoutes téléphoniques », « vous parliez avec le Dr. R. G. Hamer », on a tous les enregistrements, vous êtes une criminelle et votre place est en prison.  « Votre Médecine Nouvelle c’est du vent ».

Les gendarmes me faisaient des pressions, et me bousculaient, en me disant : il n’y a pas de témoin, on peut tout sur vous, vous n’êtes qu’une criminelle. 

Puis j’ai été mise en garde à vue trente-six heures et ensuite placée sous contrôle judiciaire jusqu’au procès en 2000 avec interdiction de quitter la Savoie, 

Le procès a eu lieu le 31 janvier 2000. 

J’ai été condamnée à de la prison avec sursis et amendes.